Saturday, September 16, 2017

home(t)raveling: semaines 10 et 11

somewhere over the rainbow, le 16/09, aux confins de l'Ariège et du Lauragais.
Voilà, (l'été) c'est fini! Il y a des colchiques dans les prés, des hirondelles sur les lignes PTT et déjà de la morve dans les nez. Faut dire que si l'été fut agréable, il fut aussi frais et humide (j'dis ça j'dis rien, c'est juste rapport aux nez et à la morve...). Et qu'on espère, du coup et en toute franchise, que l'automne sera un peu indien (le lien vers une célèbre chanson de Joe Dassin se refuse à fonctionner et me fait planter la page, je vous laisse donc la fredonner chacun pour soi... Heureux ceux qui y ont échappé, chantez plutôt somewhere over the rainbow, c'est de saison aussi...). Avec la rentrée des classes, les amis de passage retournent chez eux, à leurs histoires, leurs problèmes et leurs vies respectives ; on les re-remercie une fois encore, c'est fait. Et on vous invite à aller jeter un oeil aux épisodes de leurs contributions en français, en anglais et en catalan. Y'en a pour tous les goûts, faut pas vous gêner! Nous, on a bien profité (à tous les sens du terme, ha ha ha!) de leur présence et on se réhabitue doucement au calme, aux petites vaisselles et aux grandes pièces vides. Mais on ne ralentit pas le rythme pour autant : maintenant que les chambres d'amis sont libres et abandonnées, on est en mesure d'attaquer deux des 4 gros chantiers d'avant l'hiver: 1- électricité et 2- isolation des planchers/plafonds. Sans plus tarder, donc, voici le chapitre électricité, grâce à et avec l'accompagnement expert, bienveillant et toujours très pédagogue d'un électricien et ami ariégeois d'adoption : monsieur S.*

l'installation électrique pour nous, les nuls: on creuse des saignées, on tire des gaines, on pose des boîtes et puis, à la fin, IL monte le tableau!!

Voilà, en résumé l'électricité c'est comme tant d'autres choses dans la vie: il faut bien réfléchir et planifier AVANT de se jeter sur les outils. On a aussi appris les choses suivantes, qui découlent naturellement de la règle numéro 1 énoncée ci-dessus.

1- C'est plus facile quand on sait un peu comment ça fonctionne et quelles sont les 3 règles à ne jamais transgresser.
2- C'est plus long et plus compliqué à imaginer/concevoir/dessiner sur le papier qu'à mettre en oeuvre sur le terrain.
3- C'est plus détendu quand on est une petite main et que quelqu'un d'autre se prend la tête sur les vrais problèmes.
4- C'est toujours utile d'en mettre PLUS (de prises, de points lumineux, de gaines en rab'), pour si jamais on veut rajouter un radiateur ou un truc dans le futur, que de devoir TOUT repercer et TOUT refaire plus tard.

Il y en aurait d'autres, bien sûr, comme la très sage: "Ne coupe pas la gaine trop juste en sortie, gros, il vaut mieux en gaspiller 15 cm maintenant que devoir en retirer 10 mètres à la fin!", mais on n'a pas la place de les mettre toutes ici.

Apolline, si tu nous lis, ce quatrain d'alexandrins d'inspiration symboliste, romantique, moderne, impressionniste ET steam-punk t'est dédié:
"entre poulpe-cyber et plexus guère solaire,
dans la sourde pénombre de nos persiennes closes,
les gaines déroulées - racines à l'envers -
lancent sous le plafond leur grise anastomose."
Et bien évidemment, si on choisit de faire des plafonds suspendus, on a la possibilité de TOUT faire passer ou presque par là, et c'est quand même drôlement confortable et facile! Par contre, même pour une (petite) habitation de 90 m² environ, sans trop d'électro-ménager, sans télé, sans gros appareillage et sans respecter la RT2012 applicable aux constructions neuves* puisqu'on a la chance d'être en rénovation, ça fait quand même un paquet de saignées à faire et à boucher, de mètres de gaines et de cables, de boîtes, de prises et j'en passe... Pour nous en l’occurrence, il y a environ 200 m de préfilé 3 fils en 20 mm (prises), 150 m de préfilé 3 fils en 16 mm (éclairage), une dizaine de mètres de gaine 25 mm avec 3 fils en 6 mm², 50 m de gaine vide en 20 mm et 25 mètres de gaine vide en 40 mm pour de futures extensions vers la grange. Plus bien sûr toutes les boîtes de prises et d'interrupteurs, les colliers, les vis et chevilles de fixation et le plâtre pour reboucher les saignées.
quelques-uns des (délicieux) cèpes offerts par notre S. préféré!
Il aura fallu 6 journées à monsieur S. (plus quelques soirées et deux weekends de notre labeur au milieu) pour nous monter l'installation du rez-de-chaussée et du premier, ainsi que des réservations pour de (possibles) aménagements (à long terme) et extensions (futures).

Pendant, à côté et en dehors du travail, S. est adorable, tranquille et généreux. On a partagé de belles et longues conversations autour d'un thé, d'une chocolatine ou d'un repas et on a même eu le privilège de goûter une belle poêlée de cèpes des-sous-bois-du-Prat-d'Albis-de-derrière-chez-lui. Car S. pêche la truite et chasse le champignon en saison, avec ses fils et avec beaucoup d'amour! Il nous a aussi offert des pêches de son verger. Si tous les artisans étaient comme ça, on retaperait des maisons tous les jours! Enfin bon... Donc l'électricité, c'est fait (ou presque), merci S. c'était un plaisir de travailler avec toi et on espère que tu reviendras nous voir! De toutes façons, il restera quelques finitions pour "dès qu'on aura fini" la cuisine, les chambres du premier et la buanderie (la bonne blague!), mais il n'y aura que de l'appareillage à poser et un va-et-vient en attente à monter.

On a quand même aussi profité d'une journée libre pour louer un perforateur/marteau-piqueur digne de ce nom et commencer à faire sauter la dalle de la buanderie, que l'on veut remplacer par les authentiques tomettes lauragaises récupérées chez nos chers C. & L. On détaillera un peu plus tard la pose traditionnelle sur le lit de sable et chaux, chaque chose en son temps. Pour l'instant, on s'est contentés de détruire, d'évacuer les gravats (la cinquantaine de voyages en 2c15 à la déchetterie est passée, on a fêté ça et on continue d'en ajouter au compteur!) et d'aplanir le sol.

hommage à Marcel Gotlib : quel est le point commun entre un marteau-piqueur et un naufragé affamé? aucune, tous les deux crèvent la dalle. Sorry!
Voilà, cette fois c'est fini pour cet épisode, on aimerait vous en montrer plus mais on n'en a pas fait plus à ce jour. De brefs voyages dans le temps sont certes à notre portée (grâce notamment au délai parfois préoccupant entre les choses qui se passent et leur apparition ici) et ce ne serait pas la première fois que l'on vous ferait, dans ces colonnes, passer des futurs antérieurs pour des lanternes. La question est plutôt: "êtes-vous prêts à voir ce que vous réserve l'avenir?" Oui? Vraiment? C'est sûr? D'accord. Vous n'irez pas vous plaindre, après, hein?

Dernière image, donc : un plan très flou artistique de Wallis et du va-et-vient du salon,
avec en avant-première un peu du ch--x ch----e du salon, en exclusivité et rien que pour vous!

Allez, plein de bises
et à très bientôt,
W & F


____________________________


* pour les copains ariégeois qui cherchent un électricien compétent, sympa, arrageant et disposé à faire de l'accompagnement et/ou accepter un manœuvre débutant avec l'envie d'apprendre, on vous recommande chaudement S. Contactez-nous et on vous filera ses coordonnées!
** pour ceux que ça intéresse, voici un lien vers le portail du Ministère de la Transition Énergétique et Solidaire, concernant les exigences réglementaires en vigueur dans le secteur de la construction de bâtiments.